Les meilleurs couteaux pour barbecue

Les personnes qui me connaissent le savent : j’adore les couteaux. Je vais donc vous parler des meilleurs couteaux pour barbecue.

Pour moi, il n’y a rien de plus satisfaisant qu’un couteau qui coupe bien. Je suis littéralement en transe quand j’ai un couteau tranchant à la main (je ne suis pas quelqu’un de dangereux, rassurez-vous). Mais le tranchant ne suffit pas à rendre un couteau efficace, encore faut-il qu’il soit adapté à l’objet à couper.

C’est tout l’objet de ce dossier : quel couteau utiliser dans quel contexte ?

Nous n’allons pas parler de tous les couteaux existants au monde pour la simple et bonne raison que je ne les connais pas tous. Par ailleurs, chaque région du monde a ses propres couteaux, et je n’ai pas le savoir encyclopédique nécessaire pour aborder ce thème dans sa totalité. Heureusement d’ailleurs, car ce serait ennuyant pour vous et le but ici c’est de vous donner des idées que vous pouvez mettre en pratique très rapidement, pas de devenir des érudits en coutellerie.

Let’s go !

Les couteaux pour barbecue indispensables

Je vais commencer par les couteaux que vous devez absolument avoir. Leurs points communs ? La polyvalence. Avec ces derniers, vous pouvez accomplir la plupart des tâches qui nécessitent une lame.

Le couteau santoku

couteaux pour barbecue santoku

Originaire du Japon, le couteau santoku est le couteau le plus polyvalent dans une cuisine. Il est utilisé pour trancher, hacher, couper en dés, etc. Il est conçu pour être confortable à utiliser pendant de longues périodes.

Quand j’ai eu mon premier couteau santoku il y a maintenant une dizaine d’années, j’étais comme un enfant, heureux et euphorique. Aujourd’hui, ce bonheur est toujours présent à chaque fois que je sors ce couteau de son fourreau. Les aciers japonais sont connus pour leur efficacité. Mais en plus de ça, j’aime bien la forme du couteau qui est très épurée et esthétique.

Il permet de préparer les aliments avant la cuisson, comme couper les légumes pour les brochettes, hacher les herbes pour les marinades, ou trancher les viandes.

J’aurai pu choisir pour cette catégorie le couteau du chef, qui fait tout aussi bien l’affaire. Mais je trouve que le santoku est plus maniable, plus adapté à ma façon de découper.

Pour en savoir plus sur la différence entre ces deux couteaux : lien.

Le couteau santoku en bref

  • Aliments concernés : viandes, volailles, poissons, légumes.
  • Utilisations : découper, trancher, hacher, émincer.

Le couteau office

couteaux pour barbecue office

Le couteau office est un petit couteau utilisé pour les tâches de précision, comme éplucher les fruits et légumes, couper les petits aliments, etc. Je considère ce couteau comme une extension coupante de mes doigts, vu le contrôle et la précision que procure ce type de lame. Vous avez déjà essayé de déveiner une crevette sans ce type de couteau ? Je parie que non.

Il est très utilisé pour préparer des garnitures, éplucher les légumes ou fruits pour les salades ou les desserts ou encore pour couper de petits morceaux de viande ou de fromage.

D’ailleurs, il peut être utile pour toutes les tâches non alimentaires où l’on a besoin de tranchant, par exemple pour ouvrir un emballage en plastique, couper de la ficelle alimentaire, couper de l’adhésif, etc.

Le couteau office en bref

  • Aliments concernés : viandes, volailles, poissons, légumes.
  • Utilisations : découper, trancher, éplucher.

Les couteaux pour barbecue optionnels

Nous avons parlé des couteaux indispensables, maintenant parlons des couteaux optionnels. Ce sont des couteaux qui ont chacun une mission spécifique, une utilisation précise. Il n’est pas absolument nécessaire de les avoir, mais ils vous apporteront sûrement du confort, en fonction de vos besoins.

Le couteau à désosser

Comme son nom l’indique, ce couteau est utilisé pour désosser les viandes, c’est-à-dire séparer la viande des os. Il a une lame qui permet de se faufiler autour des os.

Il est essentiel pour préparer les viandes avant la cuisson, en particulier pour les gros morceaux de viande comme les ribs. Il permet d’enlever les os et le cartilage, ce qui facilite la cuisson et la découpe ultérieure.

Si vous avez parfois besoin comme moi de désosser des cuisses de poulet, ce couteau peut vous être très utile.

Le couteau à désosser en bref

  • Aliments concernés : viandes, volailles.
  • Utilisations : découper, trancher, désosser.

La feuille de boucher ou couperet

Il s’agit d’un couteau lourd utilisé pour trancher les os et les viandes dures. Il peut aussi être utilisé pour écraser des aliments comme l’ail. Il est idéal pour couper des morceaux de viande plus grands et plus épais, comme un rôti de bœuf ou un poulet entier.

Toujours dans la lignée du couteau à désosser, le couperet a une utilisation spécifique et vous permettra de venir à bout de tous les os récalcitrants.

Une cuisse à découper en deux ou trois morceaux ? Pas de problèmes.
Un manioc « dur à cuire » qui ne veut pas se laisser faire ? J’en fais mon affaire.
Un kashar qui a besoin d’être dompté ? Easy.

En gros, dès que vous avez besoin de puissance, pensez à cette lame.

La feuille de boucher en bref

  • Aliments concernés : viandes, volailles.
  • Utilisations : découper, trancher, écraser.

Le couteau à saumon ou à jambon

Le couteau à saumon ou jambon est spécialement conçu pour trancher de manière précise et nette le saumon et le jambon. Il est caractérisé par une longue lame mince et flexible, souvent alvéolée, qui permet de réaliser des tranches fines et régulières. Les alvéoles sur la lame empêchent la viande ou le poisson de coller à la lame pendant la coupe.

Il peut être aussi utilisé pour découper en lamelles une bonne poitrine de bœuf (ou brisket en américain).

L’autre avantage de ce type de lame est la présentation. En effet, la découpe est nette et propre, améliorant ainsi l’esthétique de vos tranches (on est des beaux gosses ou on n’est pas des beaux gosses ?).

Le couteau à saumon en bref

  • Aliments concernés : viandes, volailles, poissons.
  • Utilisations : trancher (avec précision).

Conclusion

Ce dossier sur les couteaux pour barbecue touche à sa fin. Vous l’aurez compris, il ne faut pas faire l’impasse sur les couteaux indispensables. Quant aux couteaux optionnels, prenez ceux qui pourraient vous faciliter la vie en cas de besoin récurrent. En effet, n’achetez pas de couteau à désosser si vous désossez une viande tous les 2 ans. En revanche, si vos préparations nécessitent de désosser souvent, ce type de couteau vous apportera facilité et confort.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’un couteau efficace est un couteau tranchant, et le tranchant d’un couteau s’entretient car il s’affaiblit au fur et à mesure qu’il est utilisé. Donc, aiguisez vos couteaux de façon régulière. Il existe beaucoup de systèmes d’aiguisage, allant des pierres japonaises aux fusils d’affûtage, en passant par les aiguiseurs électriques. Choisissez le système qui vous convient, mais s’il vous plaît, entretenez vos couteaux. Je vous en supplie !

Personnellement, j’utilise des pierres à aiguiser car je trouve qu’avec ce système, on construit une relation plus organique avec ses couteaux. Tous les sens sont utilisés en harmonie : le toucher, l’ouïe, la vue. Oui, je sais, je suis un ouf.

En plus, si votre lame est suffisamment grande, vous pouvez vous amuser devant un miroir et prononcer ce mot puissant que tous les fans de mangas connaissent : BANKAI !

Retour en haut